« CALLIGRAPHIES » – Un texte de François Cheng,

de l’Académie française, pour Thierry E. Garnier

 

Sous tous les cieux, l’homme trace le trait, et le trait fait l’homme…

Le trait épouse la pulsation du sang tout en captant le souffle cosmique. Fil ténu d’un lien indéfectible.

Rien alors de ce que l’homme a pressenti n’est perdu : le mouvement des astres comme le vol des oies sauvages ; le grondement des laves comme l’embrasement du feuillage.

Mais déjà, d’expérience, l’homme le sait. Le trait n’est pas une fin en soi. Il est rythme et volume confondus, le geste initial d’une figure qui de toute éternité doit advenir : le signe. Par le signe, l’homme se révèle à l’infini de son désir.

Et libre.

Désormais, danse avec transe fait corps ; douleur et douceur font un. L’homme fait signe en se faisant signe. À l’image de celui qui apparaît à l’horizon du désert au voyageur perdu et exténué. Silhouette offerte, semblablement dénuée, mais combien secourable, corps et âme tendus vers le marcheur qui s’avance vers elle…

Le premier trait qui sépare et l’ultime trait qui réunit sable et nuage…

Texte de Préface de François CHENG pour l’exposition de Thierry E. Garnier : CALLIGRAPHIES Archives de la Ville de Marseille – Exposition avec le calligraphe Touareg Hawad et le calligraphe chinois Hao Guang.


 

Une école de Calligraphie fondée par T. E. Garnier en 1996

 

« La Calligraphie, c’est l’écriture de l’écriture » – Ghani Alani

 

Graphos fête cette année ses 25 ans d’enseignement dans les domaines artistiques dévolus à la Calligraphie, la Paléographie et l’Enluminure. Tous les plus grands calligraphes français sont venus chez nous, en Provence, pratiquer avec nous « l’art de la belle écriture » : Bernard Arin, Directeur du Scriptorium de Toulouse, Roger Druet, Jacques Le Roux, Laurent Rébéna, Claude Mediavilla, Kitty Sabatier, Laurent Pflughaupt, David Lozach, Henri Mérou, Vincent Geneslay, Anne Demoustier, Bruno Gigarel, Marine Hallard…, ainsi que des calligraphes étrangers ou pratiquant des calligraphies autres que latines, comme Marion Andrews (calligraphe belge), Brody Neuenschwander (calligraphe américain), Klaus Peter Schäeffel (enlumineur et calligraphe allemand), Hassan Massoudy (calligraphe arabe), Blandine Furet (calligraphe arabe), Jigmé Douche (pour l’enseignement de la calligraphie tibétaine), Song Shun Shing (calligraphe chinois), Sayaka Kanou (calligraphe japonaise), Massimo Polello (calligraphe italien), sans oublier le sculpteur et graveur lapidaire Eric Valat ! Des relieurs, poètes, écrivains, artistes, musiciens, enlumineurs sont également passés chez Graphos, nous visiter tels : Jean Aron (poète), Lucas Duch (taggeur), Evelyne Bénazet (professeur de Yoga), Jean-Luc Lévy (poète), Isabelle Hochard (relieur), Sylvie Constantin (enlumineur), Thomas Alabert (Light-painter), …

De nombreux voyages d’études, en France, ont été initialisé depuis un quart de siècle par Thierry E. Garnier : chez Jacques Le Roux à Chavannes, en Bresse – à Arles, au Musée Antique –  à Lyon au Musée de l’Imprimerie et au Musée lapidaire – à Paris, à la BnF et à L’Arsenal – aux Baux-de-Provence à la fondation Louis Jou – un stage d’exception sur la Bâtarde flamande a, lui, été réalisé à Lurs-en-Provence, en mai 2012, dans la mythique Chancellerie des Compagnons de Lure (association fondée par Jean Giono et Maximilien Vox), pour les 15 ans de Graphos. En 2014, sur la route du papier, au Musée du Papier Canson-Mongolfier et au Musée du Parchemin dans le Massif du Pilat, avec notre ami Patrick Berlier…

GRAPHOS | Calligraphie phocéenne – 1996-2021.

GRAPHOS | Photo Teg © | Barbecue au feu de bois – Recette des « Sardines à l’escabèche », façon Graphos | 36 sardines fraîches . 150 cl de vin blanc sec, 30 cl de vinaigre blanc, 12 cuillères à soupe de farine, 12 cuillères à soupe d’huile d’olive, 36 échalotes, 9 gousses d’ail, 3 bouquets de persil frisé, 9 branchettes de thym, 3 branches de céleri, 3 feuilles de laurier, 36 grains de poivre, 3 poignées de gros sel de Camargue, 26 litres de vin rosé du Château Sainte Roseline (cru classé), une fournée d’amis de vingt ans d’âge, un soleil radieux au bord des calanques…

 


 

CalligraphieThierry E. Garnier | « Le Grand Testament » de François Villon, (62 cm x 82 cm) | « En l’an trentiesme de mon age, Que toutes mes hontes j’eu beues, Ne du tout fol, ne du tout sage. Nonobstant maintes peines eues, Lesquelles j’ay toutes receues, Soubz la main Thibault d’Aussigny. S’evesque il est, seignant les rues, Qu’il soit le mien je le regny ! (…) » – Calligraphie réalisée en Gothique Textura et cursive Gothique à la plume Braüse, 4 mm, sur un papier Fabriano Grand Luxe | « L’invention du papier est traditionnellement attribuée aux Chinois, mais ce sont les Arabes qui, après avoir appris les premiers rudiments et apporté quelques améliorations à ce nouveau produit, commencent à le diffuser en Occident. Ce processus long et laborieux s’achève pendant la seconde moitié du XIIIe siècle pour se localiser à Fabriano, dans la région italienne des Marches. Ce choix géographique, grâce auquel Fabriano devient le principal centre européen pour la production du papier, dépend très vraisemblablement du voisinage d’Ancône, port particulièrement ouvert aux échanges commerciaux avec le monde arabe. » – Le document présenté sur cette page Web correspond à une sérigraphie signée et numérotée par l’auteur, en tirage limité à 99 exemplaires. Cette sérigraphie a été réalisée à l’échelle 1, à partir de la calligraphie originale. (Le rendu final se rapproche plastiquement des tirages des premiers incunables, réalisés avant 1500).

 


Calligraphie | Thierry E. Garnier | Calligraphie gestuelle en Bâtarde flamande, à la plume Braüse 3 mm, sur papier japon.
Typographie – TEG © – FREE FONTS | « Graphox médium » – Création de caractère réalisée au marker noir et stabilisée pour la conception définitive d’une police typographique prête à l’emploi pour un travail de titrage.
Calligraphie | Thierry E. Garnier | Calligraphie en écriture de Chancellerie – Logotype réalisé pour le Palace « Gray d’Albion » ****, à Cannes.
Hassan Massoudy | Photographie des calligraphes Hassan Massoudy et Thierry E. Garnier – © P-F Besson.

GRAPHOS – Calligraphie phocéenne – Ateliers, stages et cours – (en photographie – Jacques Le Roux, calligraphe et écriturien, photo Teg ©).

Composition graphique et calligraphie – Thierry E. Garnier | « Les 3 singes de la Sagesse » – Ne pas voir le Mal, ne pas entendre le Mal, ne pas dire le Mal.

 


Au-delà des mots, il y a le texte et son caractère.  L’impression qu’il dégage. L’imaginaire qu’il suscite. La vérité qu’il révèle. Au-delà des mots, il y a les signes, la sensibilité et l’authenticité de la composition typographique. La rigueur d’un plein, la rondeur d’un délié. L’élégance d’une capitale, la sonorité d’une bas-de-casse. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si « composition » est un terme que graphistes et musiciens ont en commun. Imaginez une sonate de Mozart exécutée à la guitare électrique ! Choisir un caractère typo, c’est avoir l’œil musical…
Texte de Pierre Voltz pour le livre de Thierry E. Garnier, C & G, Créations & Graphismes.
« Taxi medium » | Création d’une police de caractère réalisée au marker noir et stabilisée pour du travail de titrage.
Calligraphie | « Hugues de Pagan » – Calligraphie gestuelle de Thierry E. Garnier réalisée à l’Automatic pen 3A, sur papier Canson blanc 350 g, (30 x 42 cm).

 

Photographie Michel Fornasero © | Stage Graphos Thierry E. Garnier en train de calligraphier à la plume d’oie, en Gothique Textura du XIIe siècle, une lettre de Pierre Abélard (1079-1142) à Héloïse. « Quel est celui d’entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne compte de sang-froid que ce qu’elle lui coûtera et s’il aura de quoi la mener à bonne fin, de peur que, ne pouvant l’achever après en avoir jeté les fondemeuts, tous ceux qui la verraient ne se moquent de lui et ne disent : cet homme a commencé de bâtir et il n’a pu aller jusqu’au bout ? C’est beaucoup pour chacun de faire son propre salut. Il est dangereux de prendre à sa charge le salut de plusieurs, quand c’est à peine si l’on peut suflire à la garde de soi-même. On ne garde, d’ailleurs, avec sollicitude, que lorsqu’on a pris l’engagement de le faire avec tremblement. Nul ne persévérera dans une entreprise, autant que celui qui a hésité et réfléchi avant de s’y lancer. »

LIGHT PAINTING by Teg © | « LUX VITAE MEAE » – Calligraphies lumineuses en chambre noire. – (Le light painting est une technique visuelle de prise de vue photographique fondée sur la captation de la lumière, peu importe sa forme et son intensité, sur un capteur optique ou numérique. Cela permet de fixer la lumière dans un état temporel et d’espace. Cette technique consiste à modeler la lumière pour créer des compositions selon l’envie et la volonté du lightpainteur).

Calligraphie – Thierry E. Garnier | « Esperluette » – Calligraphie exécutée à la plume Braüse, (4,5 mm), encre de chine, sur papier vergé 350 grammes.L’esperluette également appelée « et commercial », désigne le logogramme « & ». Elle résulte de la ligature des lettres de la conjonction de coordination « et » et possède la même signification.
« Memento finis » | Calligraphie en gothique Fraktur repris de l’original du XIIIe siècle, et gravure lapidaire (croix templière).
Exposition – Turin | Composition calligraphique réalisée à la plume speedball sur papier Canson noir, pour une exposition à la Bibliothèque nationale de Turin.
« Thierry E. Garnier scripsit » | Composition calligraphique réalisée à la plume d’Anglaise puis redessinée au format 50×50 cm, et série de 12 illustrations représentant les 12 signes du Zodiaque pour le Groupe Editor, publiées en cartes postales.

Calligraphie – Thierry E. Garnier | POSTER 50 x 65 cm, imprimé en sérigraphie sur papier Fabriano. Tirage à 100 exemplaires signés et numérotés par l’auteur. Calligraphie à la plume d’Anglaise, stabilisée et redessinée au format d’impression.