“ Les calligraphes sont des êtres hybrides, ni hommes ni femmes,

raison pour laquelle Dieu les retient près de lui. “

Yasmine Ghata

 

 *    *    *

 

TEG | since 1960

 

TEG est né en 1960. Écrivain, peintre, sculpteur et calligraphe depuis 1980, son travail de prédilection concerne essentiellement le thème de la mémoire et de l’oubli. Depuis 2005, TEG travaille surtout avec les nouvelles technologies mises à sa disposition « calligrafismes » & « numérik-paintings » sous formes d’images palimpsestes, amalgames de techniques mixtes, calligraphies originales, collages informatiques, peintures, pigments, illustrations, numérisations de signes emblématiques, liés et amalgamés en de savants accords.

Pour TEG cette évocation poétique de la connivence des mondes engloutis, prend sa source dans différentes étapes de créations explorées depuis de nombreuses années où, lettres, symboles et images se côtoient indifféremment, en charge simplement d’un univers d’artiste singulier. À une époque complètement bouleversée par le statut de l’image, qu’elle soit numérique ou gravée dans la pierre, concrète ou virtuelle, les échanges constants entre techniques graphiques, informatiques, photographiques, picturales ou calligraphiques invitent le « regardeur », comme disait Marcel Duchamp, à repenser formellement les codes de lectures traditionnels, leurs natures et leurs fonctions.

Après « The Day after » en 1996, « Mnémosis – les calligraphies de l’oubli » en 2010, « Dans les flammes de Notre-Dame » en 2019, TEG présente en 2020 : « Coronavirus – Journal d’un confiné », son dernier opus écrit à la plume d’oiseau, trempée dans du sang séché. Cet ouvrage reste dans la continuité des précédents livres cités et propose une nouvelle donne à son édifice de sable et de nuages toujours en cours de migration…

Michel Crozet